Aguarde...

CONTES ET NOUVELLES, TOME 2



Produto disponível até 15min após 
a confirmação do pagamento!

Sinopse

C’était un vieux paysan chinois qui se nommait Pou, tout simplement. En nos pays, ce nom serait fort désagréable à porter. Mais comme Pou ne s’en doutait même pas, ça lui était bien égal, et c’eût été, somme toute, un gaillard fort heureux s’il n’avait fait la bêtise d’épouser une femme beaucoup plus jeune que lui. Elle se nommait Li-Li. (Décidément il n’y a que les Chinois pour inventer des noms pareils.) Quand Pou manifesta son intention de l’épouser, ses voisins, ses amis accoururent pour lui donner sur la jeune fille de détestables renseignements. Mais Li-Li avait de beaux gros cheveux si épais et si raides, une peau d’un si beau jaune, de jolis yeux si finement bridés, noirs et petits comme des trous de vrille, que le pauvre Pou, ensorcelé, traita tous les voisins, tous les amis, de menteurs et de jaloux, se brouilla avec eux, hâta la cérémonie du mariage, emmena triomphalement sa jeune femme chez lui, et devint aussitôt très malheureux. La maison de Pou était située au bord de la route qui va de Pékin à Kalgan. Sans doute, le vieux barbon avait constaté de tout temps que c’était une route très fréquentée. Mais, jusqu’à son mariage, il n’avait jamais remarqué que les jeunes gens y fussent en proportion anormale. Depuis cette époque, au contraire, il répétait vingt fois par jour : — C’est incroyable, c’est inouï ce qu’il passe de jeunes gens sur cette route ! C’est que plus un seul jeune homme n’y passait sans attirer l’attention de Pou, car Li-Li, toujours à se promener, coquetait avec tous, échangeait tout le long du jour, avec chaque passant qui en valait la peine, des œillades, des sourires, des propos badins qui navraient le cœur du pauvre mari. Il avait prié, grondé, menacé. Elle avait fait l’étonnée, protesté doucement, puis pleuré comme une pauvre petite fille qu’on punit injustement. De sorte que Pou avait pleuré à son tour, très malheureux et très repentant d’avoir osé faire de la peine à sa chère petite Li-Li. Alors elle l’avait consolé, en le caressant, en l’appelant grande bête, tandis qu’une mince lueur amusée et triomphante passait dans ses petits yeux noirs. Il y avait eu des scènes pareilles tous les jours, pendant quelques mois. Puis, au moment où Pou commençait à être moins malheureux, à se persuader que sa femme était sans doute un peu frivole, un peu coquette, un peu paresseuse, mais pas méchante au fond et bien incapable de le tromper, à ce moment Li-Li avait disparu soudain, sans explication préalable et sans un mot d’adieu.

Detalhes do Produto

    • Ano de Edição: 2016
    • Ano:  2016
    • País de Produção: Brazil
    • Código de Barras:  2001038411255
    • ISBN:  1230001308051

Avaliação dos Consumidores

ROLAR PARA O TOPO