Aguarde...

PIEGES



Produto disponível até 15min após 
a confirmação do pagamento!

Sinopse

Jean-Jacques Cambrelin nous propose de découvrir son roman « Pièges » dont l’héroïne, Carole, est envasée dans un marécage nauséabond. Née d’une mère odieuse qui n’aura de cesse de l’anéantir et d’un père émigré algérien aimant mais plongé lui-même dans une atmosphère de calomnie et de peurs, Carole, alias Jacqueline, alias Aziza croit tromper l’ennui et l’écœurement en changeant de prénom. Cela ne suffira pas à la sortir des sables mouvants dans lesquels elle est enlisée. Elle et les siens pataugent dans cet univers désespérant où la terre du Nord, belle et lourde, les enterre vivants. La méchanceté de la mère, les soubresauts vains du père, l’apathie des frères et sœurs et des habitants, ouvriers à l’usine du bourg, tissent autour de Carole un véritable piège, une toile semblable à celle de l’araignée qu’elle apprivoisera en prison après son crime. Carole sera désignée sans mal coupable idéale d’un infanticide dans lequel se sustenteront la justice, les ragots et les bassesses. L’auteur ne ternit ni n’accable en aucune manière sa région, le Nord de la France, qui lui est chère. Au contraire, il veut nous la faire comprendre et nous la faire aimer, en nous emmenant explorer ses fonds les plus bas pour mieux lui rendre gloire. Voilà donc un roman noir, un vrai, où le jour et la nuit se ressemblent mais où les vraies couleurs sont intérieures et profondes. Jean-Jacques Cambrelin se découvre être un peintre des âmes autant que des paysages dans ce livre troublant et subversif. Un rien de Céline, un rien de Zola, de Moravia... mais un tout de Cambrelin, poétique et sombre. Extrait : Mon pays, on ne s’y arrête pas. On y passe et on l’oublie. Les chemins qui le traversent mènent vers l’horizon et l’horizon est un mirage. Ici, l’ennui vous happe comme un engrenage monstrueux. Ici, l’ennui, c’est une vis sans fin. Vraiment sans fin... Et pourtant, il faut vivre ici. Comme on peut... Je suis née là et je ne suis jamais partie. Pourquoi partir ? Il aurait fallu suivre un de ces types avec un sourire comme un couperet qui vous prend la main et vous promet la lune. Je n’avais pas la tête à ça. Le désastre n’est jamais loin quand vous vous fiez à un sourire. Je n’allais pas unir mon existence à ce genre de comète qui, à la première occasion venue, me laisserait tomber... J’avais au moins compris que l’amour est un mirage. J’ai regardé partir mes amies mais je ne les enviais pas. Il suffisait que le type parle de la ville, du...

Detalhes do Produto

Avaliação dos Consumidores

ROLAR PARA O TOPO